Aller au contenu principal
22 novembre 2012 / michelschweizer

Le Wi-Fi, c’est pas si facile

Bonjour,

Si vous vous occupez un peu d’informatique dans un établissement scolaire, vous connaissez la chansonnette : « Pourrais-tu (s’il te plaît en option) installer du Wi-Fi ? ».

Euh, le problème, c’est que les personnes qui demandent ça, la plupart du temps, ont installé un réseau Wi-Fi chez elles (ou c’est leur mari, goujat que je suis) et elles partent donc du principe que c’est la même histoire :

On sort le bidule de sa boîte – ou c’est ce si aiiiiiiiiimmmmmaaaaable technicien qui le fait -, on connecte et hop, il y a du Wi-Fi dans les 200 m2 du Petit Versailles de la famille.

En fait, ça ne ne passe pas tout à fait ainsi, on se rend assez vite compte que toute la surface (ou le volume, ce serait plus juste) n’est pas couvert ou que la connexion n’est pas parfaite dans tout le Schloss Schönbrunn familial.

Alors, imaginez pour une école, on place cinq ou six bornes un peu au sentiment et on espère que ce soit parfait. Quelle blague !

J’ai assisté l’autre jour à une conférence d’un spécialiste – et c’est pas un vendeur de l’AppleStore ou de MediaMarkt (et j’ai du respect pour ces personnes, elles en ont bien besoin car c’est un travail exigeant) qui, en deux heures, passionnantes, a montré un peu de la complexité du sujet et a proposé quelques solutions.

Ça coûte ces équipement Pro, c’est pas un borne AirPort à 175.-. Un réseau informatique – combien d’établissements scolaires ont des réseaux filaires qui ont été posés par un enseignant ou qui ont été dimensionnés de la plus économique des manières ? – ça se conçoit par des professionnels, ça se pose par des professionnels et ça se gère par des professionnels. Tout le reste, il faut oublier si on veut quelque chose qui fonctionne pas seulement lorsqu’il y a 3 iPhone connectés mais 300 ou 400 ordinateurs/tablettes.

Sans oublier que la bande-passante de la connexion à Internet doit être boostée. Si vous voulez, il faut passer du gars qui joue de la guitare dans sa chambrette à Ted Nugent ou Eddie Van Halen dans une grande salle (le stade, c’est encore autre chose).

Si ceci est mis en place, on peut alors commencer à parler aux enseignants de faire utiliser des outils en one to one par leurs élèves.

Merci aux personnes qui ont permis cette conférence et, bien entendu, un grand merci au conférencier, M. Andrew von Nagy.

Bien à vous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :