Aller au contenu principal
13 février 2013 / michelschweizer

Disney sur glace

Bonjour,

Dimanche 20 janvier 2013 à 17h30, AEEM était à l’Arena de Genève pour assister au spectacle Disney on Ice.

Nous patinons volontiers et c’est toujours un plaisir de voir des champions patiner (les grands professionnels donnent toujours l’impression que c’est facile et c’est valable pour beaucoup d’autres choses).

Nous avons passé un très bon moment.

C’est la troisième fois que j’allais dans cette salle. La première fois, c’était pour le concert de David Bowie. La deuxième c’était pour le concert d’AC/DC.

Un mot pour parler du déplacement. Nous avons laissé la voiture à la maison et nous avons pris le train. En sortant du concert, nous avons marché 250 mètres et nous étions sur le quai de la gare souterraine de l’aéroport de Genève. Nous sommes montés dans le train qui est parti quelques dizaines de secondes plus tard. Arrivé à la gare de Genève, nous avons dû changer de train car celui dans lequel nous étions ne s’arrêtait pas dans notre (petite) ville. Le train que nous avions pris alors est une nouvelle composition à deux étages destiné au trafic régional. Quel beau train ! En quelques minutes et dans un grand silence – à part les rires des cousins et de nos deux filles – nous étions dans notre gare de destination.

C’est comme ça que je vois les transports en commun !

Cher ? Même pas ! On demandait à Albert Schweitzer pour quelle raison un homme de sa qualité voyageait en 3e classe. Il répondit que c’était simplement parce qu’il n’existait pas de 4e classe. Il ne voulait rien dépenser de plus qu’absolument nécessaire afin d’économiser cet argent pour son hôpital de Lambaréné.

Je ne voyage qu’en 2e classe (qui est déjà plus que très bien), mon épouse et moi disposons d’un abonnement demi-tarif et nos filles (qui ont entre 6 et 16 ans) n’ont besoin que d’une carte à 30 francs chacune afin de pouvoir voyager sans autre billet en compagnie de Maman ou Papa (ou des deux bien entendu).

Arrivé à la fin de cet article, je suis en train de me demander si je ne vais pas recommencer à aller voir quelques spectacles et concerts (autres que ceux pour enfants).

Bien à vous !

  1. Frédéric Genevey / Fév 13 2013 08:57

    Mon cher Michel,

    Je me permets de prendre quelque peu à contre-pied ton expérience ferroviaire, en ayant vécu une nouvelle dernièrement. Tu as la chance de vivre dans une région bien desservie. Ce n’est pas mon cas. Dans mon cas, nos politiciens ont simplement supprimé l’arrêt de train qui dessert ma commune, pour réaliser le RER Bulle-Fribourg. On sacrifie donc les communes rurales pour le bien-être des villes. Depuis 5 ans, je suis l’incarnation du pendulaire: habitant dans la région de Romont, et travaillant à Ecublens (Vaud, car il y en a aussi un sur Fribourg!). En voiture, porte à porte, cela représente 46 km, et environ 45 minutes, même avec une forte circulation.

    La semaine passée, pour la première fois, j’ai décidé d’aller travailler en train. Voici mon parcours:

    1. Aller à la gare de Romont: 10 minutes, voiture obligatoire.
    2. Se battre pour trouver une des très rares places de parc P+R: 6 CHF
    3. Billet Romont-Renens, aller-retour: 35.60 CHF

    A ce stade, j’ai aussi eu la surprise de trouver un train qui fait Romont-Renens sans changement. Il s’agissait qui plus est de la même rame régionale à deux étages, confortable et silencieuse. Et pas besoin de se battre pour une place assise (néanmoins, c’était déjà tard: vers 8 heures). Mais inutile de penser à téléphoner ou travailler sur Internet; il y a plus de coupures que de réseau entre Romont et Lausanne. Durée du trajet: 38 min une fois par heure. Si je prends un autre train, le trajet dure une heure 10 avec un changement à Lausanne…

    4. Arrivé à Renens, billet pour le TSOL (je n’arrive pas à me faire au M1): 3.80 CHF aller/retour. Durée du trajet: une poignée de minutes.

    L’arrêt du TSOL est en face de mon collège.

    En tout, le trajet aura duré plus d’une heure et demie, avec les attentes sur les quais et avec les meilleures correspondances possibles.

    Prix aller-retour: 45.40 CHF. Sans abonnement demi-tarif, certes. Mais vu son prix, il faut pouvoir l’amortir.

    Consommation de mazout pour la même distance: 5.7 litres, soit environ 10 francs. Et pour aller à Romont, une voiture est de toute façon obligatoire; donc je ne compte pas les frais inhérents à la voiture.

    Enfin, dans mon école, les cours commencent à 7h25 le matin. Cela implique qu’il n’y a pas de train direct, que je dois voyager dans ce qui semble être les anciennes rames régionales et que je dois changer à Lausanne… ou alors partir le soir d’avant… et arrivant à 7:09 sur le quai de Renens, le moindre retard me fait arriver en… retard.
    En voiture, et en partant à la même heure, j’arrive avec une demi-heure d’avance, ce qui me permet de boire un café, préparer mon matériel de cours, ou simplement anticiper un bouchon.

    En conclusion, et dans mon cas, j’aime beaucoup le train pour les loisirs avec les très nombreuses cartes journalières à 35.- disponibles dans ma région. Par contre, pour aller travailler; l’offre de transports publics est minable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :