Aller au contenu principal
16 juillet 2014 / michelschweizer

Vide d’air ou la panne de vélo

Bonjour,

L’autre jour, je suis allé faire un tour avec mon vélo de route (qu’on appelle aussi vélo de course). Parti de chez AEEM, j’ai pris la direction de la petite cité d’Aubonne en passant par les routes des vignes. Très sympa, bon, évidemment, il faudrait avoir dix kilos de moins – j’y travaille – et 20 ans de moins (rien à faire). Quoi qu’il en soit, j’étais content de moi et arrivé à Aubonne, j’ai décidé de rentrer en passant par le bord du lac plutôt que de faire la même route en sens inverse.

Arrivé à Rolle, je me suis arrêté quelques minute pour manger une barre reconstituante (justement pour ne pas avoir le coup de barre). Ensuite, je suis reparti et j’ai parcouru quelques centaines de mètres avant de sentir que le pneu arrière était à plat.

Bof, que faire ? La gare n’était pas loin, j’aurais pu marcher dix ou quinze minutes (pas facile avec les cales sous les souliers). Une fois dans le train, 4 ou 5 minutes plus tard, j’étais à Gland. J’ai décidé de réparer. Ce n’est pas si difficile et j’ai fini par réussir. Un gamin, assis sur un muret à 60 0u 70 mètres a eu droit à un spectacle amusant qui lui a sans doute permis de passer une après-midi moins ennuyeuse et d’avoir quelque chose à raconter à ses parents une fois ceux-ci rentrés du travail.

Je finalisais le gonflage du pneu à l’aide de ma pompe quand j’ai vu ou senti que quelque chose n’allait pas. Zut ! J’avais réussi à arracher la partie intérieur de la valve de la chambre à air. Vous savez, cette partie qu’on dévisse afin de pouvoir insuffler de l’air dans la chambre. Je n’ai pas plus gonfler plus. Cette fois, c’était cuit !  Je me suis rappelé qu’un magasin de vélo se trouve dans la Grand-Rue de Rolle. J’étais dans un quartier que je ne connaissais pas mais grâce à mon excellent sens de l’orientation (si, si), j’ai pu rejoindre la route cantonale à pied en passant par un chemin bucolique. De là, il me restait 200 mètres à marcher pour arriver au magasin qui était … ouvert !

Le monsieur m’a bien accueilli, il m’a dit qu’il allait s’occuper de me changer cette chambre à air. Il m’a proposé de me laver les mains : très bonne idée, j’étais plein de cambouis.

Nous avons un peu discuté. Il a vérifié deux ou trois choses sur mon vélo et m’a donné quelques bons conseils. J’étais très content de l’avoir trouvé et très heureux qu’il veuille bien s’occuper à l’instant de mon vélo.

Après l’avoir payé et salué, je suis rentré chez moi, à vélo. Ouf, tout est bien qui finit bien.

Je pense que je vais remplacer ma pompe par une capsule d’air comprimé permettant de gonfler la chambre à air. Ce n’est certes pas très école — ça se discute — mais ça m’aurait bien servi aujourd’hui.

http://www.bikespot.ch

Monsieur, je vous remercie de m’avoir aidé. Grâce à vous, j’ai pu continuer ma route.

Bien à vous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :