Aller au contenu principal
22 septembre 2014 / michelschweizer

Un été érémitique

Bonjour,

Cet été, AEE (mon épouse et mes deux filles) se sont rendues dans notre famille de Colombie. Pour différentes raisons (aucune n’ayant à voir avec une « fâcherie » quelconque) , je ne les ai pas accompagnées. J’ai donc passé plus de 5 semaines sans les voir ce qui m’a amené à réfléchir à beaucoup de choses sur notre vie, sur la Vie.

Tout d’abord, même si nous avons pu nous parler – et nous voir —  presque tous les jours grâce à Skype, cette séparation a été douloureuse. Habitué à passer un maximum de temps en famille, habitué depuis 15 ans à … être marié, habitué depuis bientôt 12 ans à avoir un enfant, puis deux à la maison, le fait de me retrouver seul a été difficile pour moi. Ça m’a fait penser à toutes ces personnes qui sont séparées d’autres personnes qu’elles aiment soit à cause d’un divorce – je pense à ces pères qui ne voient que trop peu leurs enfants — , d’un travail à l’étranger ou de la mort.

Franchement, je dis merci à mon épouse pour m’avoir accompagné toutes ces dernières années. Elle a vraiment changé ma vie de manière très positive et je lui en suis redevable.

Ensuite, vivre seul, pour moi, c’est pénible. Par exemple, la première semaine de vacances, je rentrais de mon cours à Lausanne et je ne trouvais personne à la maison. Personne avec qui partager la journée, personne avec qui simplement parler. Personne aussi pour partager le repas. Bref, pas quelque chose que je souhaite revivre. J’ai assez longtemps vécu seul et ça ne me pesait pas trop – me semble-t-il me souvenir — mais aujourd’hui cette idée me fait peur.

Qui plus est l’été n’a pas été beau. Peu de lumière, beaucoup de pluie, températures fraîches, rien qui ne faisait penser à l’été, rien de bon pour le moral.

J’ai eu la chance d’avoir la visite de quelques amis, j’ai aussi eu le plaisir d’être invité à manger deux soirs chez un collègue mais le reste du temps, je me suis senti seul. J’ai aussi passé du temps chez Mère-Grand qui, elle aussi depuis le décès de mon père, est seule.

Je n’ai jamais autant lu et écrit que pendant ces semaines. J’ai aussi repris le vélo ce qui m’a bien occupé et donné quelques objectifs. Je ne me suis pas laissé aller et je me suis préparé des repas sains. Je n’ai pas regardé la télévision, par contre, j’ai beaucoup regardé d’émissions que j’avais enregistrées ou que j’ai trouvées sur internet, par exemple l’excellente série des « Great British Railways » de Michaël Portillo (merci à lui et à son équipe soit écrit en passant):

Bref, ce qui aurait été agréable pour une semaine a été bien plus difficile pour ce temps plus long et je comprends mieux maintenant ce que c’est que la séparation et la solitude.

Bien à vous!

  1. Nicole L. / Sep 24 2014 16:31

    Merci; je trouve ton témoignage courageux et touchant.
    N.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :