Aller au contenu principal
20 juillet 2015 / michelschweizer

Quelqu’un qui partage le même avis que moi sur les TBI

Bonjour,

L’autre jour, j’ai lu ça:

http://blogs.aerohive.com/blog/bradley-chambers/hello-tablets-good-bye-digital-whiteboards-in-the-classroom

C’est écrit par M. Bradley Chambers. Cette personne, aux USA, collabore avec M. Fraser Speirs, en Grande-Bretagne) pour un podast mais ici, c’est sur le site d’un fabricant de solutions Wi-Fi qu’il s’exprime.

Ça m’a tellement semblé intéressant que j’en ai fait une rapide (et donc très imparfaite) traduction:

Bonjour aux tablettes, adieu aux tableaux blancs interactifs en classe

Alors que la saison des demandes de crédit bat son plein, je suis nostalgique. En 2015, on entend très peu parler des tableaux blancs interactifs. Ils étaient un sujet brûlant il y a quelques années mais les choses ont changé par la présence accrue du Wi-Fi dans les écoles, la popularité grandissante des tablettes et des initiatives 1 à 1.

Arrêtons-nous et regardons ce qui a changé

iPad

L’iPad a été commercialisé en 2010 et a pris pied dans le marché de l’éducation les années suivantes. Grâce à la baisse du coût des différents modèles a baissé, il est devenu plus intéressant d’équiper des districts scolaires entiers. Pourquoi fixer un grand écran sur le devant de la salle de classe alors que vous pouvez remettre à chaque élève un iPad tournant sous iOS 8? Les possibilités créatives offertes par l’iPad ridiculisent ce que n’importe quel tableau blanc interactif (TBI) peut offrir.

Avec un appareil photo/vidéo intégré, des applications simples et un système d’exploitation puissant a tout ce qu’un TBI devrait offrir tout en pouvant être tenu à la main.

Coût

Les TBI ne sont pas bon marché. Même s’il existe des tableaux aux environs de 1’000 dollars US ceux-ci n’incluent pas de sytème d’interrogation des élèves, de projecteurs pas plus que l’installation ou une licence d’établissement pour le logiciel. Vous en aurez pour quelques milliers de dollars (ou de francs, note du traducteur). Pourquoi dépenser 4’000 ou 5’000 francs par salle de classe pour un tableau alors que vous pourriez acheter un joli nombre d’iPad à la place? La technologie est bien plus efficace lorsque chaque élève dispose d’un outil plutôt que rester assis à voir quelqu’un d’autre utiliser la technologie.

Complexité

Chacun peut facilment comprendre comment utiliser un iPad. Par contraste, le logiciel des TBI est souvent incroyablement complexe. Il donne l’impression d’avoir été écrit par des gens qui n’ont jamais travaillé avec des enseignants. Nous disposons de trois TBI dans notre école et ils sont largement devenus rien d’autre que des systèmes de projection un peu améliorés.

Nous avons continuellement des problèmes de mise à jour des pilotes pour les nouvelles versions de Mac OS X. Quand le logiciel veut se mettre à jour, il demande un lourd téléchargement et une installation manuelle.

Est-ce que ça ressemble à quelque chose prévu pour aider les enseignants?

Ça n’a pas toujours été ainsi. Quand j’ai fait connaissance du monde de l’éducation en 2009, j’ai rapidement noté que les TBI étaient à la mode. Ils se vendaient par paquets. Ils partaient de la technologie originale de l’école (le tableau noir) et essayaient de le « digitales ». A la place de la craie ou des feutres, nous connections des ordirnateurs au tableau pour utiliser des stylets électroniques.

Les fabriquant offraient des leçons toutes prêtes et des possibilités de les partager. Ça semblait être la prochaine révolution dans l’éducation. Qu’est-ce qui provoquait l’intérêt pour cette technologie et le fonctionnement était-il garanti?

Il y avait vraiment deux choses qui poussaient à l’adoption des TBI:

  1. Des incitations financières. (note du traducteur: je ne mets pas tout le texte, voir l’original)
    Les TBI étaient alors un sujet brûlant et les écoles qui les installaient passaient pour être au sommet de la technologie. Ces TBI étaient payés par le « American Recovery and Reinvestment Act of 2009 » et les écoles ont pu grâce à ce plan équiper des salles des classe sans beaucoup toucher à leur budget habituel.
  2. Un rapport par « Marzano Research Labs »
    Voici le rapport dans son entier si vous souhaitez le lire mais je peux vous le résumer en disant que c’était un compte-rendu fait pour briller. Ne tenons pas compte du fait que le rapport a été commandé par un des fabricants de TBI! Vous pouvez lire quelques retours sur ce rapport . Avec ce rapport de recherche « favorable » et un financement fédéral (note du traducteur: aux USA) disponible, le marché pour les TBI était florissant. Les autorités scolaire locale équipaient de nombreuses salles de classe avec ce matériel. Il était temps de vraiment innover l’enseignement par la technologie.

Que pouvons-nous apprendre de l’essor et du déclin des TBI? Beaucoup de choses!

Revenez la semaine prochaine pour savoir comment nous pouvons éviter les pêchés de nos pères et mettre à disposition une technologie aidant les enseignants.

Avec une nouvelle génération d’aides gouvernementale approchant, il est important de faire des investissements sages dans une technologie qui sera pertinente sur le long terme.

Bradley Chambers

Parfait! N’investissons plus un centime en TBI!

Bien à vous!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :