Aller au contenu principal
25 février 2017 / michelschweizer

Photocopieur, la bête tueuse

Bonjour,

C’est avec émotion que je me souviens de mon premier photocopieur. Ce n’était pas le mien, je fais un abus de langage; c’est le premier photocopieur que j’ai utilisé. C’était à la Bibliothèque municipale de Lausanne, bâtiment de Chauderon. Je me rappelle avoir glisse des pièces de vingt centimes – belle somme à l’époque – pour photocopier des pages de livres que j’appréciais. Je devais avoir dix ou douze ans.

La qualité est bien moins bonne qu’aujourd’hui et c’était un papier spécial, un peu comme certains tickets de caisse d’aujourd’hui. Le pire, c’était les images car ce le photocopieur ne « rendait » que du noir sur du blanc, pas des niveaux de gris.

Depuis trois ou quatre ans, grâce à Showbie (mais pas seulement) je pourrais me passer complètement de photocopieurs par les échanges de documents avec les élèves. Pour des raisons bien compréhensibles, il me faut parfois revenir en arrière (disons à la fin du XXe siècle) et photocopier des documents.

L’autre jour, j’ai eu créer un petit dossier de 4 pages A4 recto-verso (et agrafées) pour un remplacement. En arrivant près du photocopieur, j’ai tout de suite vu une belle lumière rouge signifiant « Problème ». J’aurais pu faire celui qui n’a rien vu et utiliser l’autre photocopieur (dans la même salle) mais j’aime les défis. J’ai donc suivi les instructions à l’écran (pas longtemps, ensuite j’ai mis à profit ma connaissance de ces bêtes que ce sont les photocopieurs) pour retirer les quatre ou cinq feuilles coincées à différentes endroits.

photocopier_1

Ce photocopieur a une fonctionnalité supplémentaire: destructeur de documents

photocopier_2

En bleu, les trucs qu’on peut tirer, tourner, pousser ou manipuler d’une autre manière pour avoir accès aux entrailles du monstre.

Tout en travaillant à supprimer le dérangement, je me suis prêt à penser à une idée de film d’horreur avec dans le rôle des méchants des photocopieurs « détraqués » (au niveau du processeur, pas d’un bourrage de papier) qui se mettraient à tuer leurs utilisateurs et à  donc à se révolter contre leurs maîtres.

Premier scène, dimanche matin. Mme XYZ, vieille fille (on dit « single » aujourd’hui) vient à l’école pour photocopier des fiches pour ses élèves. Alors qu’elle se penche sur le photocopieur pour mettre un transparent dans le dispositif feuille à feuille, le photocopieur happe ses cheveux qu’elle avait – c’est dimanche, soyons fous! – pour une fois dénoué.

Lundi matin, dans une entreprise, M. ABC, ancien jeune cadre dynamique commençant à craindre pour son poste de travail et venant donc de plus en plus tôt pour finir de plus en plus tard, photocopie je ne sais quel document. Alors qu’il met en place sur la vitre une page A3, il ne se rend pas compte que sa cravate est saisie par le monstre d’acier, de plastique et de verre qui l’attire à lui et l’étouffe.

Mardi 17 heures dans les bureaux de l’administration. Euh, non, 16 heures car à 17 heures il  n’y a plus personne. Mlle 123, apprentie, s’approche du photocopieur pour venir prendre un document qu’elle a imprimé depuis son poste de travail sous Windows 95. Ah, zut, plus de papier! Elle prend un paquet de 500 feuilles (une rame?), sort les feuilles de leur emballage de protection, ouvre le tiroir et y place les feuilles. Avec horreur – nous sommes dans un film d’horreur, rappelez-vous – elle constate que sa main est bloquée. Elle appelle. Personne ne répond. Elle voit par la fenêtre son chef partir sur son vélo électrique, portant ses éternelles sandalettes dans lesquelles il ose mettre des chaussettes blanches. Elle appelle encore, plus faiblement, alors que la bête l’attire à elle et l’empêche de respirer en plaquant son visage contre son panneau latéral de métal. Personne ne répond.

Mercredi matin, M. Sch. s’approche du photocopieur avec un exercice qu’il a créé pour ses élèves. Il est à un mètre ou deux du photocopieur. Il s’arrête. Il ne bouge plus. Il fait demi tour. Il prend son téléphone, affiche le document dans « Pages » grâce à iCloud, dépose une copie au format .pdf dans Showbie. Il est sauvé, il n’a rien su de ce qui l’attendait.

Bienvenue!

2 commentaires

Laisser un commentaire
  1. Johantech / Fév 25 2017 10:48

    J’étais plongé dans l’histoire, merci le M de aeemtech pour cet article merveilleux… en passant, n’oubliez pas! johantech.ch c’est même M qui m’a donné l’envie de faire un blog comme celui-ci! faire un petit tour me fera extrêmement plaisir 🙂

Trackbacks

  1. Une vieille imprimante | Johantech

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :