Skip to content
27 novembre 2017 / michelschweizer

Il regarde les feuilles tomber

Bonjour,

Il n’avait jamais vraiment été jeune. Enfant, déjà, il faisait et se sentait vieux. Il faut dire que ses parents avaient fait plus que leur possible pour qu’il ne se sente pas du siècle. Déjà le prénom. Où avait-ils été chercher un tel prénom composé? Pris individuellement, chaque partie de son double prénom était « potable » mais accolées, c’était au mieux du délire et au pire un crime que de double-prénommer ainsi un enfant!

Enfance? Il vaut mieux ne pas en parler.

Sorti de la scolarité obligatoire, il s’essaya au gymnase où il se plut. Il y rencontra parmi les professeurs quelques phénomènes avec qui il avait certaines connivences intellectuelles et politiques. Ce furent trois bonnes années. A peu près les seules.

A l’université, il commença tout et ne finit rien. Il s’essaya à tout et ne conclut rien. Sept années. Sept années de vache maigre. Ses parents trouvaient le temps long à le financer pendant qu’il passait d’une faculté à l’autre.

Il l’a rencontra. Elle, c’était Elle. Elle méritait qu’on écrive toujours ces quatre lettres avec une majuscule initiale. Elle était une reine au milieu des esclaves, une fleur au milieu du fumier. Elle ne savait pas les sentiments qu’il avait pour Elle. Le connaissait-Elle seulement à part un bonjour, salut, au revoir dans les couloirs? Non!

Il en fut triste. Très triste. Trop triste. Il voulut mourir. Il ne réussit pas ça non plus. Il lui fallait donc vivre. Son ratage lui valu des séquelles. N’en avait-il pas déjà suffisamment?

Il n’était plus que l’ombre de ce qu’il aurait pu ou dû être. Il lui restait la clope et l’alcool. De replet, il passa à bouffi. De peu soigné, il passa à crade. On l’entretenait. Ce n’était plus ses parents, c’était l’Etat. Une bonne Maman que cet état qui lui donnait de quoi persévérer dans ces vices nouvellement développés et entretenus avec persévérance. Une bonne partie du budget y passait. Cigarettes. Bière ou vin.

Maintenant, il était là. Ce parc public était mieux sans sa présence: il le savait. Les petits enfants l’évitaient ou au contraire le regardaient comme la bête étrange et sauvage qu’il était devenu. Il voyait passer les gens un peu comme on voit passer l’eau d’une rivière, sans y pouvoir grand-chose, sans y comprendre grand-chose.

Il était contemplatif. Il ne pensait à rien. Bénéfice de l’alcool! Il ne pensait pas. Bénéfice de tant d’années de replis en lui-même.  Il était béat. Une sorte de saint si on peut dire. Une sorte de bouddha sans le sourire niais.

Il regardait tombait les feuilles.

Bien à vous!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :