Aller au contenu principal
31 mai 2019 / michelschweizer

Camp de ski et autres sorties

Bonjour,

Petite guéguerre à rebondissements (« Nous avons perdu une bataille, pas la guerre » comme le disait le Grand Charles) entre l’association gérant l’établissement d’Echallens et quelques enseignants et parents au sujet du financement des sorties et des camps culturels et sportifs.

En date du 15 mai, nous lisons ceci sur le site de « 20 Minutes »:

https://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/Les-enseignants-buvaient-sur-le-budget-des-camps-15461488

Chacun en pensera ce qu’il veut! De mon côté, voici mon point de vue:

  1. Les enseignants qui sont des adultes ont le droit de fumer et de boire de l’alcool en camp. On ne fumera bien entendu pas à l’intérieur et encore moins à table (même si j’ai vécu ça en tant qu’élève puis en tant que jeune enseignant). Par contre, un verre de vin rouge en fin de journée ne devrait poser problème à personne.
  2. Je n’estime pas que (se) payer une bouteille de vin (bon, si elle coûte 250 francs …) sur l’argent du camp est du vol. Je m’étonne d’ailleurs qu’on trouve encore des personnes prêtes à consacrer une semaine de leurs vacances – je ne parle pas des enseignants mais des moniteurs – pour des peanuts (500 francs la semaine, je crois) au vu du travail demandé et des responsabilités qui vont avec (un procès n’est jamais loin en cas d’accident). Tiens, ça me fait penser que quand je prend mon véhicule pour un camp, j’oublie chaque fois d’ajouter ces kilomètres à ce que j’essaie sans succès de déduire comme frais dans ma déclaration d’impôts.
  3. Je prédis la quasi disparition des camps au fur et à mesure que les enseignants actuels seront remplacés par des jeunes qui auront, j’en suis persuadé, d’autant moins envie de s’investir dans ce type d’organisation qu’ils auront moins vécu de camps dans leur parcours scolaire. C’est un procès d’intentions! Nous verrons bien. Il restera les collègues ayant fait du scoutisme.

A partir de quand tout ceci a-t-il changé? Je pense que c’est suite à l’histoire de ce garçon qui est mort à Rome lors d’un camp. Il y a aussi eu d’autres affaires (une noyade, je crois). Bref, ça refroidit (si j’ose écrire ceci ainsi).

C’est dommage: la plupart des élèves (et des enseignants) aiment les camps et en tirent bénéfice (et je ne parle pas d’une bouteille de vin « gratuite »). Les parents aussi. J’offre volontiers une bonne bouteille aux collègues qui s’occupent de mes filles pendant les camps.

Santé, bien à vous!

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :