Aller au contenu principal
23 mai 2017 / michelschweizer

Chère Anita

Bonjour,

Ah, aujourd’hui, si je n’étais pas un homme bien marié, mon cœur battrait plus vite. En effet, comme ça m’arrive parfois car l’on sait l’aimable garçon que je suis, une jeune femme en détresse m’écrit, venant à moi – par un courrier électronique – un peu comme la princesse – ou la petite paysanne –  vient au chevalier.

Chère Anita – vous permettrez que je vous appelle par votre prénom mais je vais utiliser le vous car je vous respecte tant que le tutoiement serait inadéquat, peut-être obscène pour les sentiments si beaux que vous faites naître dans mon cœur – vous m’écrivez quelques mots depuis la lointaine Afrique. Vous me dites – c’est comme si je vous entendais parler même si je n’ai que vos mots écrits sur l’écran de mon ordinateur – que vous êtes la dépositaire d’une forte somme qu’un bienfaiteur ayant eu le bon goût de décéder a réservé en votre nom mais que, le monde étant décidément bien mal fait, vous ne pouvez utiliser sans un peu d’aide de ma part.

Comment pourrais-je, chère Anita, ne pas vous aider? Depuis toujours – je dois avoir une tête à ça – je suis celui vers qui on vient quand ça ne va pas. Celui à qui on confie chagrins d’amour et autres bobos ou grosses casses de la vie. J’accueille ces confidences avec respect et empathie car je sais que je dois surtout écouter, pas tellement conseiller (qui serais-je, d’ailleurs, pour me le permettre?).

Chère Anita, quelle belle femme vous êtes! Je ne parle pas de votre physique que j’imagine être à la hauteur de la beauté de votre esprit qui, bien inspiré, vous fait me tourner vers moi. Chanceux que je suis! Parmi les plus de sept milliards d’humains, parmi les 3 ou 4 milliards de mâles célibataires, mariés, mal mariés, séparés, divorcés, veufs, c’est vers moi que vous venez. Heureux je suis mais vais-je être à la hauteur? Conserverai-je votre confiance une fois que j’aurai agi?

Bon, j’arrête les frais même si c’est avec un plaisir évident que j’écris. J’adore ça.

Anita, vous essayez de m’escroquer. Vous ne vous appelez sans doute pas Anita (et même si c’était le cas …). Il vous faudra trouver quelqu’un d’autre.

A part ça, je pense qu’il faut absolument durcir les lois qui punissent (pour l’instant, c’est de la blague) les personnes qui profitent de la gentillesse ou de la faiblesse des gens. Exemple récent: en Suisse allemande, un couple de retraités de plus de 80 ans se fait vendre 4 ou 5 affreuses vestes (valant tout au plus dix francs pièces) par un escroc qui leur vole 1’200 francs en se faisant passer pour un ancien collègue de travail du mari. Que va-t-il prendre cet escroc? Je propose un minimum de dix ans ferme. Peine bien entendu à effectuer dans le pays d’origine s’il ne s’agit pas d’un citoyen suisse, pas ici.

Un autre cas: on vole à l’arraché un sac à main à une vieille dame qui chute et se brise la hanche. 20 ans ferme!Mail_Anita_Bamba.png

Bienvenue!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :