Aller au contenu principal
10 février 2019 / michelschweizer

Messieurs, assis!

Bonjour,

L’autre jour, j’allais à la HEPL pour assister à une conférence sur la … retraite. Je connais ce bâtiment depuis avant que j’y passe deux ans – c’était alors l’Ecole Normale de Lausanne – pour ma formation professionnelle initiale.

Beaucoup de choses ont changé mais l’essentiel est là, à savoir des toilettes. Elle me furent fort utiles à la pause. Il n’y a pas encore de toilettes pour les troisième, quatrième et nième sexes et, non, je ne me suis pas trompé, je suis entré dans celles des hommes (dont il reste encore quelques exemplaires dans cet institut de formation des maîtres malgré l’incroyable et inquiétante féminisation de la profession). Bref, j’entre et je vois ça:

Assis! Alors, on veut être enseignant mais on ne sait pas faire pipi debout sans salir! Peut-être est qu’on ne sait pas nettoyer si on a sali (Maman ou la femme de ménage sont trop passées par là).

Je suis partagé (je n’ose écrire que je suis le « cul entre deux tasses de WC »). D’un côté, si ça permet d’avoir des toilettes plus propres et de ne pas laisser aux nettoyeurs (qui sont essentiellement des nettoyeuses, encore un métier très féminisé, il faut que je médite là-dessus à l’occasion) des horreurs à « putzer ». D’un autre côté, on va confier des élèves à ces personnes mais on ne leur fait pas confiance pour laisser ces commodités dans un état de propreté « nickel-chrome ».

Nous sommes entrés dans l’ère de la « réglementite » et de son corollaire: la déresponsabilisation (bien épié par une nuées de petits chefs qu’on n’appelle plus comme ça).

Bien à vous!

3 commentaires

Laisser un commentaire
  1. plopthegeek / Fév 10 2019 13:07

    « inquiétante » féminisation de la profession?

    • michelschweizer / Fév 11 2019 07:42

      Bonjour Plopthegeek,

      Merci d’avoir réagi au terme « inquiétante ». J’écrivais ceci car je trouve dommage et pour tout dire inquiétant que, par exemple, mes filles aient eu un premier enseignant seulement en … septième année! En conseil de classe (pour des 7P et 8P), il m’arrive d’être seul homme avec 6 ou 7 collègues femmes. D’après ce que j’ai lu, la féminisation d’une société (et son corollaire, le développement du temps partiel) est un des marqueurs de la dévalorisation sociale (puis des conditions financières) d’une profession. Qu’est-ce qu’il faut pour encourager des hommes à devenir enseignants? Je suis donc inquiet pour nos enfants qui ne voient pas ou peu d’hommes à l’école et qui parfois n’en voient pas non plus à la maison.

      J’avais aussi « commis » cecI: https://aeemtech.org/2018/02/27/engagez-vous/ et ça: https://aeemtech.org/2012/04/14/affiche-hep-vs-dans-le-train/

      Un article en provenance de l’Etat de Vaud: https://www.bicweb.vd.ch/communique.aspx?pObjectID=270683

      Je vous souhaite une bonne continuation et merci pour votre réaction.

      • Frédéric / Fév 16 2019 18:07

        J’en suis arrivé exactement à la même conclusion. La féminisation de l’enseignement n’est pas dû à une valorisation des femmes, mais à une dévalorisation sociale et économique du poste qui fait que les hommes se détournent de cette profession. On retrouve le même trend chez les médecins généralistes. La profession se féminise; les hommes se tournant vers des spécialités, financièrement et socialement mieux reconnues.

        N’oublions pas qu’avec Decfo-Sysrem, les maîtres spécialistes (donc issus de l’université) ont énormément perdus d’un point de vue salarial. Alors qu’auparavant, on parlait d’enseignants de mathématiques, il faut maintenant parler d’enseignantes de mathématiques. La tendance est la même en sciences.

        Je ne pense pas qu’il y ait de statistiques tenues en la matière. Mais à mon avis, la raison de tout cela n’est pas qu’il y ait plus de femmes qui deviennent enseignantes, mais qu’il y a moins d’hommes qui choisissent ce métier. La primarisation du 7-8 dans le canton de Vaud n’a sans doute pas aidé.

        Nous devrions comparer la répartition hommes/femmes des étudiants de l’Ecole Normale il y a 50 ans, 40 ans, 30 ans, 20 ans, puis de la filière primaire de la HEP depuis. Voilà un beau sujet de mémoire HEP.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :